EMOTION

Retour à la liste

La nécessité de réduire les taux d'exploitation pour rétablir les ressources marines associée à la surcapacité de pêche dans les océans mondiaux est aujourd'hui largement reconnue. La pêche est un processus sélectif basé sur la taille qui induit une troncature de la structure d'âge des populations de poissons via la suppression des vieux individus les plus grands du stock vierge. 

L'allocation croissante avec l'âge de ressources à la reproduction pour leur utilisation post-natale a cependant été récemment montrée pour de nombreuses espèces de poissons à vie longue et de requins et est communément dénommée "Effet maternel". Les effets négatifs de l'effet maternel induits par la pêche sont :
 - la réduction de la période et le changement des zones de reproduction, 
 - la diminution de la production et de la qualité des oeufs et des larves.
Les modèles d'évaluation actuels basés sur la biomasse féconde des reproducteurs comme indice de potentiel reproducteur peuvent ainsi fortement sous-estimer les effets de la pêche et conduire à des diagnostics trop optimistes sur l'état des stocks. En dépit de la reconnaissance de l'importance de prendre en compte l'effet maternel dans la gestion des pêches, aucune étude n'a pour l'instant été conduite pour identifier et quantifier l'effet maternel chez les grands pélagiques océaniques.

L'objectif général du projet EMOTION est de tester et quantifier l'effet maternel pour les grands pélagiques via le cas d'étude des thons et poissons porte-épée de l'ouest de l'océan indien : le listao Katsuwonus pelamis, l'albacore Thunnus albacares et l'espadon Xiphias gladius.

Ce projet a été labellisé par le Pôle de Compétitivité AQUIMER le 10 mars 2011.

Contact

16 rue du Commandant Charcot
62200 Boulogne-sur-Mer F

Tel : +33 3 21 10 78 98

Fax : +33 3 21 30 33 22

E-mail

Espace Presse
 

Inscription à la newsletter

ok