TERAFOOD

Retour à la liste

 

 

 

La détérioration de produits alimentaires hautement périssables tels que le poisson frais est généralement due à une activité microbienne qui entraîne la production de composés organiques volatiles (COV). Ces composés pourraient être utilisés comme indicateurs de détérioration et donc pour la surveillance de la qualité de produits alimentaires emballés.

Le projet TERAFOOD étudie des techniques analytiques innovantes pour l'identification et la quantification des indicateurs potentiels de détérioration des aliments. Le gaspillage alimentaire est une préoccupation économique et écologique majeure dans la société moderne. Dans les pays industrialisés, on estime que plus de 40% de toutes les pertes alimentaires annuelles ont lieu au niveau de la distribution commerciale ou des consommateurs (FAO, 2011). Une grande partie des déchets alimentaires provient de produits réfrigérés dont la durée de conservation est très courte, tels que les fruits de mer frais. Dans ce cas, la détérioration est généralement due à l'activité microbienne et à la génération conséquente de composés organiques volatiles (COV) dans l'emballage. Même si les aliments gâtés ne présentent pas nécessairement un risque d'intoxication, des odeurs désagréables et d'autres changements désagréables impactant la qualité sensorielle rendent le produit impropre à la consommation. Le développement de systèmes innovants de surveillance de la qualité nécessite donc l'identification des COV qui indiquent la détérioration des aliments. Le projet TERAFOOD, coordonné par le CNRS et associant plusieurs partenaires académiques et industriels, vise le développement d'un capteur térahertz commercial compact et peu coûteux pouvant être utilisé pour le contrôle de la qualité des produits alimentaires emballés par détection de COV (Flanders 'FOOD, 2017, UGent, 2017). L'introduction du capteur dans les emballages alimentaires permet une surveillance de la qualité en temps réel à tout moment pendant le stockage sans ouvrir l'emballage et a donc le potentiel de réduire considérablement le gaspillage alimentaire. Cependant, chaque produit alimentaire a ses processus de détérioration caractéristiques qui dépendent de plusieurs facteurs intrinsèques et extrinsèques. Pour permettre un suivi de qualité efficace, il est donc nécessaire de disposer d'informations sur les COV et leurs niveaux de concentration dans différents produits alimentaires ainsi que dans différentes conditions d'emballage et de stockage. L'identification et la quantification des COV qui indiquent la détérioration des aliments sont effectuées au Département de la sécurité sanitaire des aliments et de la qualité des aliments de l'Université de Gand.

 

Retrouvez plus d'informations sur le site internet dédié au projet TERAFOOD.

 

Partenaires :

 

 

 

 

 

 

Ce projet a été labellisé par le Pôle de Compétitivité AQUIMER le 23 novembre 2017.

Contact

16 rue du Commandant Charcot
62200 Boulogne-sur-Mer F

Tel : +33 3 21 10 78 98

Fax : +33 3 21 30 33 22

E-mail

Espace Presse
 

Inscription à la newsletter

ok